Télétravail, confinement, couvre-feu, la crise sanitaire liée à la Covid-19 a bouleversé nos repères ; le rapport au travail, au temps, aux autres. Le monde de l’entreprise a dû se réinventer massivement en adoptant de nouveaux modes de collaboration, décuplant ainsi le nombre d’aspects à gérer.  

De ce fait, la charge mentale est devenue une préoccupation à part entière pour les dirigeants d’entreprises et leurs salariés, revêtant une autre dimension que celle que nous pouvions déjà connaître. De plus, les managers et les supérieurs hiérarchiques, en première ligne, doivent faire face à de lourdes responsabilités qui peuvent se traduire par une charge mentale significative. 

Qu’est-ce que la charge mentale au travail ? Comment repérer une charge mentale excessive ? Quelles sont les solutions pour la réguler ?  

 Le cabinet Présence Conseil vous propose un éclairage et des recommandations vous permettant d’agir pour réguler la charge mentale de vos collaborateurs.

1) Charge mentale au travail, de quoi parle-t-on ?   

La charge mentale au travail est un phénomène qui résulte d’une interaction entre de multiples facteurs, pouvant être individuels, organisationnels ou sociaux. Elle représente à la fois la quantité d’informations à traiter et leur complexité, la manière dont nous les traitons en fonction de notre état affectif, et le temps dont nous disposons pour les traiter. Ces trois paramètres, « la charge cognitive », « la charge psychique » et « la pression temporelle », sont intimement liés. Lorsqu’ils ne sont pas optimisés les uns par rapport aux autres, la charge mentale se transforme en contrainte.

Elle touche l’ensemble des salariés et possède une particularité à double sens. En effet, elle peut être une source de motivation et d’efficacité, mais peut aussi devenir dangereuse et nuire fortement à la santé des travailleurs lorsqu’elle devient trop intense. De multiples causes de la charge mentale peuvent être pointées, tels qu’une inadéquation entre les objectifs et les moyens, un sur-investissement constant, une absence de régulation de la charge de travail, de fortes responsabilités ou encore une réorganisation nécessitant un réel changement.  

Connaître et comprendre la charge mentale au travail est primordial au sein d’une organisation. Cela l’est d’autant plus lorsque l’on souhaite s’inscrire dans une démarche de prévention de la santé mentale et physique de ses collaborateurs.    

  

2) Comment repérer une charge mentale excessive et quels sont les risques sur la santé des salariés ?  

Pour déceler une charge mentale excessive, il est nécessaire de détecter les signaux, identifiables à trois niveaux : individuels, collectifs et organisationnels. En effet, la charge mentale peut varier selon l’organisation de l’entreprise, l’environnement de travail mais aussi des capacités propres au travailleur.   

Au niveau individuel, plusieurs conséquences de la charge mentale sont observables sur le plan physique, avec par exemple une fatigue intense et durable, des maux de tête, la sensation de « boule dans la gorge » ou encore un stress permanent. Selon une étude menée par Présence Conseil en 2020, un quart des salariés sont en hyperstress du fait des exigences de leur hiérarchie ou d’un manque d’autonomie et de reconnaissance. 

Sur le plan comportemental et émotionnel, on peut identifier l’isolement social lié au télétravail, des troubles du sommeil qui s’installent dans le temps ou encore de l’agressivité et de l’irritabilité pouvant s’accompagner de fortes colères ou de crises de larmes inhabituelles.  

Au niveau collectif et organisationnel, il est possible d’observer une baisse de performance chez les collaborateurs, des rapports sociaux dégradés, notamment avec une mauvaise ambiance de travail, voire l’apparition de violences internes et/ou de conflits au sein d’un collectif de travail. Selon les résultats d’une enquête menée par Présence Conseil lors d’entretiens collectifs, 67% des interrogés considèrent que la charge mentale est à l’origine d’une baisse de la motivation et 44% signalent qu’elle entraîne du retard dans leurs tâches professionnelles.

La charge mentale étant un phénomène complexe à détecter, il est important de retenir que certains facteurs étant exposés comme des conséquences, peuvent également en être les causes (stress ou l’absence de collaboration). 

 3) Des clés pour réguler la charge mentale 

Dans une démarche de prévention et de promotion de la santé et de qualité de vie au travail, il faut pouvoir trouver des clés afin de réduire la charge mentale des salariés. Être accompagné ou formé à ce sujet doit être une solution à ne pas négliger pour les managers et collaborateurs. 

📌Pour les salariés :  Comment adapter mes pratiques pour réguler ma charge mentale ?   

  • Connaître ses limites pour se fixer des objectifs accessibles
  • Communiquer sur sa charge mentale avec son manager, notamment pour pouvoir déléguer lorsque c’est envisageable.  
  • Faire des pauses et privilégier les temps d’échanges réels avec ses collègues 
  • Si nécessaire, revoir sa gestion des emails 
  • Préserver sa vie privée 
  • Prévoir son back up pour les vacances et mettre son message d’absence 

 📌Pour les managers :  Comment adapter mon management pour alléger la charge mentale de mes équipes à court, moyen et long terme ?  

  • Renouvellement des équipements de travail : un mauvais environnement de travail, qu’il soit physique ou matériel peut majorer la charge de travail ou à l’inverse la réduire lorsqu’il est adapté. 
  • Charte de déconnexion : horaires de réunion, pratiques d’envoi de mails… 
  • Jours off supplémentaires pour certains cas à comme des divorces, PMA, rentrée des classes, examens d’enfants…
  • 2 jours par an « aidants familiaux » 
  • Locaux et bureaux accessibles par transports en commun ; télétravail ; services aux employés (relaxation, sport, crèche, télé-consultation médicale…)

4) Réguler la charge mentale : Les dispositifs d’accompagnements proposés par le Cabinet Présence Conseil.  

Les différents dispositifs d’accompagnement proposés par le cabinet tels que les PAPS (Plan d’Accompagnement Psychologique des Salariés), PAM (Plan d’Accompagnement des Managers), cellules d’écoute, analyse des pratiques professionnelles, permettent d’accompagner salariés et managers dans la régulation de leur charge mentale. A travers un travail de prise de recul, le consultant-psychologue aide les personnes à identifier les freins auxquels ils sont confrontés et les ressources dont ils disposent pour y faire face.  

“Lors du premier confinement, lié à la crise sanitaire, Présence Conseil a accompagné les managers d’une multinationale. Fortement sollicités par leurs collaborateurs et non préparés à un nouveau mode de management, les membres de l’encadrement ont été confrontés à une forte charge mentale”. Elisabeth De Moncuit, Psychologue du travail et consultante en organisation et conditions de travail chez Présence Conseil.  

Les consultants psychologues ont alors priorisé avec les managers les tâches à mener pour ainsi déterminer différentes stratégies opérationnelles afin de réguler la charge mentale de leurs collaborateurs :  

“Sur des sessions de 2h30, un consultant-psychologue a travaillé avec eux sur les réflexes à développer et leur a donner des clés sur le plan managérial. Ce dispositif a permis à la fois de réguler la charge mentale associée à ces changements et d’œuvrer à l’optimisation des pratiques mises en place”. Elisabeth De Moncuit, Psychologue du travail et consultante en organisation et conditions de travail chez Présence Conseil. 

 

libero Praesent sit commodo neque. dolor. eget id ultricies mattis risus. odio