Addictions en entreprise : formation, sensibilisation et prévention

S’il est des problèmes psychosociaux qui ont des impacts sur l’image de marque de l’entreprise, c’est bien les addictions développées par les employés en entreprise. On attend d’eux une conduite exemplaire à l’interne comme hors de l’entreprise, de bons résultats, etc. C’est sans forcément s’imaginer qu’en cas d’acculement, d’anxiété ou de stress, ils recourent à une médication, une cigarette ou à de l’alcool, ce qui devient une addiction. La gestion des dépendances mine la bonne marche des entreprises. Et l’idéal c’est de le prévenir grâce à un programme de formation adéquat que vous fournit Présence Conseil.

Les différentes formes d’addictions au travail

Certaines études laissent entendre que le travail est un facteur considérable de réduction des addictions aux substances psychoactives. C’est pourquoi il se présente avec acuité chez les personnes sans emploi ou avec un emploi précaire. Mais face à des responsabilités accrues, à la recherche de la performance, à l’environnement concurrentiel de travail, à une lourde charge de travail, l’employé cherche à « recharger ses batteries ». Les attitudes de sociabilité de l’initiative de l’employeur ou entre employés comme la signature d’un contrat, les afterworks sont une porte ouverte aux dépendances. On assiste donc à des addictions de formes variées notamment :

  • aux substances psychoactives (alcool, café, cigarette, cannabis, médicament…) ;
  • à la nourriture et aux sucreries, aux jeux de hasard, au sexe ;
  • au smartphone, à Internet et aux réseaux sociaux ;
  • etc.

Ces formes d’addictions sont toutes dangereuses et méritent une attention particulière de la part des responsables d’entreprises, si elles n’ont pas être contenues par des mesures préventives.

Addictions en entreprise : le rôle du manager

À l’exception des problèmes émotionnels et privés, la dépendance développée par un employé est le signe avant-coureur ou la conséquence d’un problème de management au sein de l’entreprise.

Toutes les entreprises, du fait de leur taille et de leur moyen, ne peuvent peut-être pas se permettre un service des ressources humaines, des délégués du personnel ou un médecin interne. Ils ne peuvent donc s’en remettre qu’à un règlement intérieur qui, même très rigoureux, ne peut encadrer les attitudes des employés à l’extérieur de l’entreprise.

La mise en place d’un dispositif et des activités préventifs internes reste la solution. Cela passe par un check-up des facteurs internes de risques d’addiction au travail notamment :

  • la charge de travail ;
  • les aptitudes individuelles du personnel ;
  • les relations interpersonnelles ;
  • les normes et démarches de communications entre la hiérarchie et le personnel ;
  • etc.

On pensera aussi à des outils recommandés comme le RPIB, c’est-à-dire le repérage précoce et l’intervention brève. Cette solution a l’avantage d’apporter un soutien préventif individualisé assuré par un médecin. Il commence par le repérage des consommations à risques et est complémentaire à l’analyse des facteurs internes de risques.

Lorsque les cas d’addictions sont avérés, la réaction immédiate, c’est de penser à renvoyer cet employé. Cette phase étant une période émotionnellement instable et difficile, un accompagnement adéquat est plus indiqué. Le manager pourra donc recommander l’intéressé à un psychologue, un centre de soutien, un coach pour prévenir la désinsertion professionnelle. Sauf si le cas est médicalement déclaré inapte à exercer son métier.

Quoique des méthodes de prévention pédagogiques et ludiques apportent plus d’efficacité dans la prévention et la gestion des addictions en entreprise, elles sont du ressort des cabinets RPS spécialisés dans l’accompagnement aux entreprises dans ce domaine.

Les intérêts d’une approche pédagogique de prévention des addictions au travail

Mettre en place un programme de formation sur les addictions en entreprises vise principalement à saisir les obligations légales de l’employeur et du salarié sur la santé et la sécurité sur le lieu de travail. Ils sont consignés dans la Directive-cadre de 89/391 de juin 1989 et le Code du travail.

Ainsi, la principale cible que sont les employés est outillée sur les risques et les impacts des dépendances sur le lieu de travail et le rendement de l’entreprise. L’approche passe par des présentations théoriques documentées, des conférences-débats, des partages d’expériences. Par la contribution de tout le personnel, le mécanisme de prévention interne peut être donc assis sans grande difficulté.

Présence Conseil adapte son programme de formation sensibilisation et de prévention aux addictions au contexte de l’entreprise. Cette dernière se base sur le nombre de personnes ciblées, les types de modules souhaités et le planning. Cela pour ne pas entraver la bonne marche des activités de l’entreprise. Il convient donc de recourir au soutien de professionnels avertis pour plus d’efficacité dans le travail.

En somme, les problèmes d’addiction des salariés ne sont pas à prendre à la légère quand on considère leur impact sur le rendement de l’entreprise. Face à la diversité des types d’addictions, des mesures et audits préventifs incombent au manager qui se doit de se conformer aux exigences juridiques. Dans une logique d’efficacité, le recours à Présence Conseil pour la formation sur la sensibilisation et la prévention aux addictions en entreprise est une option à prendre en considération.

Nous vous accompagnons dans la mise en œuvre d’une stratégie de qualité de vie au travail en appréhendant

au sein de votre entreprise les enjeux liés aux risques psychosociaux (RPS)

 

Présence Conseil, des experts à votre écoute

Tel. : 01 45 01 60 03

Nous Contacter par e-mail

neque. vel, tempus libero. eleifend facilisis venenatis, felis dictum Praesent