Santé psychologique au travail : l’importance d’un cabinet conseil

Dans n’importe quel environnement de travail, les situations affectant la santé psychologique des collaborateurs sont quasi inévitables, du fait de la charge ou des conditions de travail, du harcèlement moral, des brimades… Les impacts économiques au niveau mondial sont lourds. Il est donc indispensable de prévenir tout risque de contre-productivité en mettant préalablement en place un mécanisme de prévention de la santé mentale des employés. Mais quels sont d’abord les facteurs de risque pour la santé mentale au travail ?

Crise de santé psychologique au travail : état des lieux

On le sait bien, le travail nous éloigne de l’ennui, de l’oisiveté et de bien d’autres vices. Mais pratiqué dans des conditions peu adéquates, il occasionne des problèmes de santé physique et surtout mentale, notamment le stress, l’anxiété et la dépression avec à la longue les addictions, les absences répétées au boulot, la baisse drastique de rendement, le burnout, voir le suicide. Ce problème se pose avec autant d’acuité que l’OMS l’a mis au cœur de ses priorités. On estime que chaque dollar US déboursé pour résoudre un tel problème en entreprise était un gain de 4 dollars US.

Les principaux facteurs de risques de problèmes de santé au travail

Les facteurs qui ouvrent la voie à de telles situations sont cumulativement liés :

  • à la qualité du cadre de travail ;
  • à la charge de travail en rapport avec les aptitudes et les ressources de l’employé ;
  • au rapport entre employés d’une part et entre employés et employeur d’autre part.

Lorsque les travailleurs sont soumis à un horaire qui laisse peu de place à la vie privée, ils subissent une charge négative qui se déteint sur la qualité de leur travail. L’option des horaires légaux et rigides à laquelle s’attachent les employeurs ne fait plus l’unanimité auprès des employés. Ils demandent plus de flexibilité ou à défaut un aménagement du temps de travail de sorte à retrouver l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

De même, un mauvais processus managérial tue la motivation, l’engagement et la solidarité au travail. Face au manque d’autonomie de décision, le fossé s’élargit avec à la clé des barrières à la créativité. Les problèmes de communications (incompréhension, ambiguïté, moment mal choisi, quantité d’information transmise, absence de critères d’échanges d’informations) alourdissent le bilan négatif sur la santé de l’entreprise.

On pourrait également évoquer le manque de clarté dans les objectifs ou les tâches assignés à l’employé. En effet, lorsqu’il ne dispose pas des ressources ou que les tâches qui lui sont confiées sont en inadéquation avec son profil, ses expériences ou sa force de travail, le stress et la contre-productivité ne sont plus loin.

Il ne faut pas omettre que le manque d’un dispositif sanitaire et de sécurité, l’absence de soutien aux employés, les harcèlements, le déséquilibre du genre et de génération oblige à un accompagnement psychologique qui devient dès lors indispensable.

Santé mentale au travail : mécanismes de prévention et efficacité

Quelle que soit la taille de l’entreprise, il est toujours indiqué d’établir des mécanismes de prévention de la santé psychologique au travail. Trois options sont disponibles notamment :

  • la gestion en interne sans dispositif dédié ;
  • la gestion en interne avec dispositif dédié ;
  • le recours à un spécialiste externe.

Le premier cas demande beaucoup d’effort de la part de l’employeur. On pensera à la sensibilisation du personnel sur les habitudes saines, établir une politique de communication avec des normes précises et veiller à son respect, organiser le temps de travail de sorte à alterner activité et repos pour chaque employé. On pensera aussi à instaurer une cellule d’écoute, d’orientation et de motivation. Cela fait beaucoup de travail s’il faut en même temps se concentrer sur la vision de l’organisation et sur son rendement.

Dans le second cas, l’organisation devra mettre en place une cellule ou un service qui s’occupe de tout le volet santé psychologique au travail. Il s’agira donc d’un psychologue interne qui constituera une charge supplémentaire mensuelle à l’entreprise avec beaucoup moins d’objectivité avec les employés qu’il reçoit.

Enfin la troisième option qui revient à demander l’appui d’un consultant en santé psychologique au travail, tel que Présence Conseil. De tels cabinets de conseil RPS fournissent un audit complet des paramètres favorables à des crises mentales. Ils consacrent un regard objectif à la situation individuelle des travailleurs, ce qui laisse plus de liberté aux employeurs de se focaliser sur le rendement de l’entreprise. Pendant une période de haute activité, le consultant veille à l’état mental de chaque personne dans l’entreprise. C’est l’option idéale pour créer et conserver un environnement sain de travail au sein de l’entreprise.

En conclusion

On retient que la santé psychologique au travail est un tremplin à la santé économique d’une organisation. Cela limite les crises de motivation, d’engagement et éloigne les vices nocifs pour l’image de marque de l’entreprise. Parmi les mécanismes possibles de prévention et de gestion de la santé au travail, le recours à un cabinet de conseil des risques psychosociaux comme Présence Conseil offre le plus une attention objective et plus de liberté à l’employeur.

Nous vous accompagnons dans la mise en œuvre d’une stratégie de qualité de vie au travail en appréhendant

au sein de votre entreprise les enjeux liés aux risques psychosociaux (RPS)

 

Présence Conseil, des experts à votre écoute

Tel. : 01 45 01 60 03

Nous Contacter par e-mail

sem, ut Curabitur dolor. mattis velit, libero. vulputate, facilisis risus Lorem porta.